ACADÉMIE SPORTIVE ET CULTURELLE DE GUYANE : site officiel du club de cyclisme de MATOURY - clubeo

ARTICLE

5 mars 2015 - 19:07

                                       

Pendant ce temps-là, JDA         

 

 

Parti tenter sa chance en Belgique, à 26 ans, Jean-Denis Armand est bien décidé à s’y imposer. Sans oublier son île, où il pourrait défendre son bien au prochain Tour.

L’heure a changé. La température aussi. Il y a toutefois des clins d’œil qui raccrochent irrémédiablement Jean-Denis Armand à la Réunion, qu’il a quittée il y a deux semaines pour gagner la Belgique, au calme, à 30 minutes de Bruxelles. Hier, il a commencé sa saison avec sa nouvelle équipe, Ottignies-Perwez, la réserve de l’équipe Continentale Pro Ekoï-Veranclassic. Devant le peloton péi, comme souvent, lorsqu’il évoluait à la Réunion. Mais cette fois loin d’eux, pour une nouvelle aventure où il a croisé des pavés sur de nouvelles routes. À 26 ans, le vainqueur du dernier Tour de l’île a décidé de franchir le pas. D’aller se frotter au niveau métropolitain.

Pas en France mais dans ce plat pays qui est désormais le sien et qu’il doit encore apprivoiser. Notamment au niveau vestimentaire. "Il fait froid ! dit le Sainte-Marien depuis la maison qui lui a été mise à disposition par son équipe. Au mieux il fait 7°, au pire -1°. Mais je pensais quand même qu’il ferait plus froid. Avec les bons vêtements ça va." Bien installé, en attendant "un Australien et un Danois", qui vont devenir ses colocataires, il devra se faire sa place dans un effectif de 34 coureurs où il ne sera plus le leader naturel et auprès de qui il doit se faire connaître. "Je les ai rencontrés samedi (de la semaine dernière), pour la présentation de l’équipe, explique-t-il. Tout le monde est très sympa." Sur la route, aussi, il va devoir se faire connaître.

En premier lieu à son président Luc Mayne, qui tient à installer dans son effectif "une ambiance relax" ce que JDA apprécie. "Ici c’est familial, un peu comme à la Réunion", décrit-il. Une nouvelle famille auprès de qui il va devoir se faire connaître durant son baptême du feu. "En mars, j’ai un programme avec cinq courses différentes : du plat, de la côte... Je pense qu’ils veulent me tester et voir où je passe le mieux." Ce passe-partout est bien décidé à prouver ses capacités. "Je ferai tout pour y arriver", expose-t-il. Prêt en cas de succès et de promotion en Continentale Pro qu’il ambitionne "à faire venir des jeunes réunionnais en Belgique." Aussi pour se reconstituer un environnement qui lui manquera sans doute.

Il aura déjà le loisir de courir prochainement avec Bertrand Soubadou, le maillot vert du dernier Tour de l’île, qui s’est engagé avec Corbeil-Essonnes avec qui il tentera d’intégrer la DN3. "Sa copine est à Bruxelles et il vient souvent ici, explique JDA. On va rouler ensemble et je dois bientôt aller le voir à Paris." Peut-être s’envolera-t-il avec lui pour les championnats des Dom, en septembre à Tahiti, que le vainqueur 2011 est prêt à disputer si on fait appel à ses services alors qu’il possède une double licence au SMVC. Ou alors ce sera à la Réunion, pour un retour au péi déjà programmé à cette période, avec dans la foulée peut-être, s’il ne part pas pour la Polynésie, le Tour de l’île 2015 au programme.

Son nouveau président étudie encore de répondre à l’invitation qui lui a été transmise par les organisateurs. JDA, en attendant, regardera la concurrence attentivement, mais de loin. Désignant Franck-Alexandre Parmentier comme favori à sa succession sur le trône du roi du bitume péi qu’il a laissé vacant, en soulignant aussi les promesses de son ancien camarade de route Jonathan Boyer. La succession est ouverte.

Hervé Brelay

Commentaires

ASCG