ACADÉMIE SPORTIVE ET CULTURELLE DE GUYANE : site officiel du club de cyclisme de MATOURY - clubeo

RUBEN FERNANDEZ

20 janvier 2015 - 22:35

Ruben Fernandez : Interview

Ruben Fernandez : "Il faut avancer petit à petit"

 

À 23 ans, Ruben Fernandez a fait le grand saut durant cet hiver en passant de la Caja Rural - Seguros RGA, son équipe formatrice, à la première équipe du monde, la Movistar. Une évolution logique et attendue pour l'un des espoirs du cyclisme mondial. Les connaisseurs l'avaient découvert, un peu par surprise, en 2013 lors de sa victoire sur le Tour de l'Avenir. Ce succès majeur n'a pas été un feu de paille, puisqu'il a réalisé une belle saison en 2014 : 6e de la Volta ao Algarve, 6e de la Vuelta Ciclista a Murcia, 12e du Tour de Norvège... Ses résultats causent pour lui ! Depuis le 1er janvier, Ruben Fernandez a donc franchi un vrai pallier en signant dans l'équipe rêvée. Actuellement en Australie, sur le Tour Down Under, l'Espagnol n'a donc pas tardé pour découvrir le monde du World Tour. Il sera d'ailleurs l'un des coureurs à suivre lors des étapes accidentées à la fin de la semaine. Après la première étape australienne, Ruben Fernandez s'est posé quelques instants pour Cyclism'Actu. Il est, d'abord, revenu sur sa dernière saison au sein de l'équipe Caja Rural et sur la victoire "la plus importante" de sa carrière, avant de se plonger sur sa signature à la Movistar, sur ses envies pour 2015 et pour l'avenir, sur son équipe et ses leaders. Entretien !

 

Ruben, quel bilan tirez-vous de votre dernière saison chez Caja Rural ?

Les conclusions que je tire de la saison 2014 sont bonnes. J'ai été très régulier pendant toute l'année !

 

En 2014, vous avez notamment terminé 6e de la Volta ao Algarve et de la Vuelta Ciclista a Murcia en début de saison. Bien commencer l'année, c'était l'objectif ?

Oui. J'aime le début de saison ! Avec le temps que nous avons en hiver à Murcie, la prise de forme se fait rapidement et ne coûte pas beaucoup en énergie.

 

Vous avez ensuite terminé 12e du Tour de Norvège, une course 2.HC, en mai. Ce résultat est-il le plus important de votre saison 2014 ? 

Cette 12e place au classement général du Tour de Norvège, ça a été l'un des résultats les plus importants de l'année avec mes 6e place sur la Volta ao Algarve et sur le Tour de Murcie.

 

"Le point culminant de ma saison a été la Volta ao Portugal"

 

Quel a été LE moment fort de 2014 ?

Le point culminant de ma saison a été la Volta ao Portugal. J'étais 8e du classement général et je portais le maillot de meilleur jeune sur le dos, avant l'étape reine...

 

Cette 7e étape du Tour du Portugal a été le plus mauvais moment de votre année ? 

Mon plus mauvais moment a bien été le jour de l'étape reine sur la Volta ao Portugal. C'était une mauvaise journée... J'ai perdu beaucoup de temps : 37'.

 

En 2014, pensez-vous avoir passé un cap par rapport à la fin de l'année 2013 ?

En 2014, je pense avoir beaucoup progressé ! Mentalement comme physiquement. Chaque année qui passe, le corps devient de plus en plus mature. Je suis bien plus fort qu'en 2013 et avec mon mental j'ai une plus grande vision de carrière.

 

Cet hiver, vous avez donc choisi de passer à un niveau supérieur en signant dans l'équipe Movistar. À 23 ans, c'était le bon moment pour arriver dans le World Tour ?

Je pense qu'une opportunité de signer un contrat dans l'équipe Movistar, c'est quelque chose qu'il ne faut pas laisser passer.

 

"J'ai mûri dans beaucoup de domaines"

 

Pensez-vous avoir fait le bon choix en poursuivant un an de plus avec Caja Rural, après votre victoire sur le Tour de l'Avenir 2013 ?

Oui, je pense. Cette autre année dans l'équipe Caja Rural Seguros-RGA m'a été bénéfique. Grâce à cela, j'ai mûri dans beaucoup de domaines : l'esprit, le physique, le mental...

 

En parlant du Tour de l'Avenir. Cette victoire reste-elle le plus beau moment de votre carrière ? 

Pour le moment, ma victoire dans le Tour de l'Avenir reste la plus importante de ma carrière.

 

"Je continue à être le même"

 

Votre vie et votre carrière ont-elles changé après ce succès majeur ?

Ma vie après cette victoire sur le Tour de l'Avenir n'a pratiquement pas changé. Je continue à être le même, même aujourd'hui. La seule chose qui a changé après ce succès, ça a été ma confiance en course. À partir de là, j'ai pris conscience que je pouvais disputer des courses pour les gagner.

 

"C'est un rêve d'être dans la meilleure équipe du monde"

 

Cette signature à la Movistar, qui a été la meilleure équipe du monde en 2014, c'était un rêve ?

Bien sûr que c'est un rêve d'être dans la meilleure équipe du monde ! Je suis très fier d'en faire partie.

 

Comment s'est déroulé votre préparation hivernale ?

Les séances d'entraînement de pré-saison ont été très similaires à celles des autres années. Avec un peu plus d'intensité, c'est tout.

 

"Je veux aussi grandir et progresser"

 

En 2015, quel sera votre rôle au sein de votre nouvelle équipe ? 

Mon rôle sera d'aider mes collègues. Je veux aussi grandir et progresser.

 

Quels seront vos différents objectifs en 2015 ?

Les objectifs sont différents par rapport aux autres années. Mais bon, il faut aller lentement. Pour grandir, il faut bien entendu aider les autres. Après, quand vous avez la possibilité de jouer votre carte personnelle, il faut saisir sa chance pour aller jusqu'à la victoire !

 

Quel sera votre programme de courses en 2015 ?

Je suis actuellement sur le Tour Down Under. Je débute ma saison ici en Australie avant d'aller sur le Tour de l'Algarve, sur Paris Nice et sur le Tour d'Italie !

 

"Le but, c'est de faire de mon mieux pour aider l'équipe"

 

Vous avez débuté votre saison sur le Tour Down Under. Quel est l'objectif pour cette semaine de course ?

Le but, c'est de faire de mon mieux pour aider l'équipe. Je me sens bien, mais je suis un peu dans l'incertitude. Je ne sais pas encore quelle est ma forme par rapport à celle des autres coureurs.

 

Commencer la saison en Australie sur une course du World Tour, c'est parfait pour se lancer sur de bonnes bases ?

Commencer en Australie, c'est une bonne chose pour prendre le rythme dès le commencement de la saison.

 

"Nairo et Alejandro sont certainement des références pour moi"

 

Travailler aux côtés de coureurs comme Alejandro Valverde et Nairo Quintana, c'est quelque chose de bien pour votre progression.

C'est génial d'apprendre à côté d'eux et d'attraper tous les conseils qu'ils donnent. Nairo et Alejandro sont certainement des références pour moi.

 

Cependant, n'avez-vous pas un peu peur de laisser vos objectifs de côté pour aider vos leaders, même si vous êtes encore jeune ?

Ce ne sera pas une peur, ce sera plutôt un honneur de pouvoir les aider !

 

Le manager général de la Movistar, Eusebio Unzué, aime bien façonner ses jeunes leaders pour les amener au plus haut niveau. Est-ce que cela a été un élément important dans votre signature à la Movistar ?

Ceci a été important oui. Savoir que vous allez être bichonné pour pouvoir mûrir lentement, sans pression et sans hâte, c'est quelque chose de bien pour un jeune coureur.

 

"Chaque année, je vais de mieux en mieux"

 

L'équipe Movistar compte-t-elle sur vous dans une perspective à long terme ?

Je pense ! Je suis un jeune coureur. Chaque année, je vais de mieux en mieux. Et je peux encore m'améliorer dans beaucoup de domaines.

 

"Et ce qui doit arriver arrivera"

 

Depuis quelques années, les jeunes coureurs progressent et s'imposent de plus en plus rapidement au haut niveau. Vous avez forcément envie de les "imiter" ?

Ça me plairait, mais, avant de penser à cela, il faut avancer petit à petit en faisant les choses bien. Et ce qui doit arriver arrivera.

 

Commentaires

ASCG